Sign in / Join

L’actualité de la santé : L’impact des horaires de repas sur la santé cardio-vasculaire et cérébro-vasculaire

Dans une étude exhaustive menée entre 2009 à 2022, l’Institut national de la recherche agronomique (INRAE) a apporté des éclaircissements sur l’influence des horaires de repas sur la santé. Certes, les résultats dévoilés le 14 décembre révèlent des liens étroits entre les habitudes alimentaires et le risque de maladies cardio-vasculaires et cérébro-vasculaires. Cette exploration approfondie souligne ainsi l’importance de l’heure à laquelle vous prenez vos repas pour maintenir une santé optimale. Voici les détails sur les constats de cette étude et les recommandations émises par l’INRAE pour une vie plus saine.

L’actualité sur les constats de l’étude

L’étude de l’INRAE démontre que l’heure du petit déjeuner peut jouer un rôle crucial dans la prévention des maladies cardio-vasculaires. Effectivement, les personnes qui choisissent de sauter le petit déjeuner présentent un risque de maladies cardio-vasculaires. Ces résultats soulignent alors l’importance de la première prise alimentaire de la journée. Ils suggèrent aussi que décaler cette habitude peut avoir des conséquences néfastes sur la santé du cœur.

A découvrir également : Idées cadeaux pour les passionnés de boissons

En ce qui concerne le dîner, l’étude met en évidence dans une actualité un lien entre les repas tardifs et le risque de maladies cérébro-vasculaires. Évidemment, dîner après 21 heures peut augmenter le risque de maladies cérébro-vasculaires de 28 %. Ces conclusions mettent donc en lumière la nécessité de respecter des horaires réguliers pour le diner afin de préserver la santé du cerveau.

N’hésitez pas à consulter ce lien https://www.fimina-mag.fr pour découvrir une grande variété d’actualités passionnantes

Lire également : Ouvrir un compte bancaire au Portugal : guide pratique

Recommandations pour une santé optimale

Pour maintenir une santé optimale, l’INRAE préconise une alimentation variée et équilibrée. Ceci en mettant d’ailleurs l’accent sur les produits frais plutôt que sur les plats tout préparés. La réduction de la consommation de sel et de sucre est également d’actualité. De même, les résultats de l’étude suggèrent que le petit déjeuner devrait être pris idéalement à 8 heures plutôt qu’à 9 heures. Cela avec une première prise alimentaire dès 7-8 heures pour favoriser du coup une journée saine.

Concernant le dîner, l’INRAE recommande de le prendre avant 20 heures. Cette recommandation crée ainsi une période de jeûne nocturne qui pourrait contribuer à réduire les risques de maladies cardio-vasculaires. Toutefois, ces directives peuvent être difficiles à suivre pour : 

  • les personnes qui travaillent en horaires décalés
  • les personnes qui ont du mal à manger le matin

Les défis de l’application pratique

Bien que les avantages d’une régulation des horaires de repas soient évidents, leur mise en pratique pose des problèmes. Bien évidemment, les travailleurs en horaires décalés et ceux soumis à des contraintes de temps peuvent avoir du mal à respecter des horaires stricts. En outre, Bernard Srour, co-directeur de l’étude, admet ces difficultés. Dans ce contexte, ce dernier suggère l’intégration de ces recommandations dans les politiques de santé publique pour sensibiliser leur importance. 

Cependant, il est primordial de reconnaître la diversité des modes de vie et de trouver des solutions adaptées à différentes situations. De ce fait, la sensibilisation doit s’accompagner de flexibilité pour promouvoir des habitudes alimentaires saines. L’équilibre entre la promotion de la santé et la compréhension des réalités pratiques reste finalement essentiel pour garantir des mesures réalistes et efficaces.